Sentiweb - le site du Réseau Sentinelles   INSERM U707Sorbonne Université. Pierre et Marie Curie - Paris 6Santé Publique France
 

Situation observée en France métropolitaine pour la semaine 48 de l'année 2022, du 28/11/2022 au 04/12/2022 :

Publié le 07/12/2022 18h29m - la mise à jour des actualités a lieu le mercredi

Infection respiratoire aiguë (IRA) Covid-19, Grippe et autres virus respiratoires   Définition

  Activité forte

Les semaines précédentes            

Les IRA sont dues à différents virus respiratoires dont le SARS-CoV-2 (Covid-19), les virus grippaux et d'autres virus respiratoires comme le VRS, le rhinovirus, ou le métapneumovirus. La surveillance des IRA a pour objectif le suivi des épidémies dues à ces virus.

En France métropolitaine, la semaine dernière (2022s48), le taux d’incidence des cas d’infection respiratoire aiguë (IRA) vus en consultation de médecine générale a été estimé à 395 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [368 ; 422]). Ce taux est en augmentation par rapport à la semaine 2022s47 (données consolidées : 301 [281 ; 321]).

Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en : Provence-Alpes-Côte d’Azur (737 [580 ; 894]), Bourgogne-Franche-Comté (504 [292 ; 716]) et Bretagne (488 [385 ; 591]).

GRIPPE : poursuite de l'augmentation de la circulation des virus grippaux, à un niveau d'activité légèrement supérieur aux saisons passées à la même période. 

VRS : ralentissement de l'activité du VRS, restant néanmoins à un niveau élevé et supérieur aux saisons passées à la même période.

COVID-19 : le taux d'incidence des cas de Covid-19 présentant des signes respiratoires vus en consultation de médecine générale a été estimé à 54 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [42 ; 65]), ce qui représente 35 527 [28 125 ; 42 929] nouveaux cas de Covid-19 présentant des signes respiratoires ayant consulté un médecin généraliste.
Ce taux est stable par rapport à ceux des dernières semaines (données consolidées pour 2022s47 : 53 [45 ; 62).
  Taux d'incidence Incidence
France métropolitaine 395 [368 ; 422] 261784 [244092 ; 279476]
En régions
Grand Est 289 [210 ; 368] 16375 [11925 ; 20825]
Nouvelle-Aquitaine 464 [363 ; 565] 28559 [22335 ; 34783]
Auvergne-Rhône-Alpes 265 [207 ; 323] 21758 [17022 ; 26494]
Bourgogne-Franche-Comté 504 [292 ; 716] 14524 [8406 ; 20642]
Bretagne 488 [385 ; 591] 16826 [13282 ; 20370]
Centre-Val de Loire 226 [152 ; 300] 5946 [3998 ; 7894]
Corse 19 [0 ; 47] 67 [0 ; 163]
Ile-de-France 315 [265 ; 365] 39005 [32756 ; 45254]
Occitanie 341 [229 ; 453] 20627 [13872 ; 27382]
Hauts-de-France 322 [245 ; 399] 19633 [14937 ; 24329]
Normandie 210 [106 ; 314] 7137 [3604 ; 10670]
Pays de la Loire 268 [180 ; 356] 10462 [7020 ; 13904]
Provence-Alpes-Côte d'Azur 737 [580 ; 894] 38017 [29933 ; 46101]

Diarrhée aiguë   Définition

  Activité faible

Les semaines précédentes            

La surveillance des diarrhées aiguës a pour objectif le suivi des épidémies de gastro-entérites.
 
En France métropolitaine, la semaine dernière (2022s48), le taux d’incidence des cas de diarrhée aiguë vus en consultation de médecine générale a été estimé à 74 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [63 ; 85]). Ce taux est stable par rapport à la semaine 2022s47 (données consolidées : 68 [58 ; 78]) et est à niveau d’activité inférieur à ceux observés habituellement en cette période.

Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en : Nouvelle-Aquitaine (154 [93 ; 215]), Provence-Alpes-Côte d’Azur (119 [47 ; 191]) et Bretagne (115 [59 ; 171]).
  Taux d'incidence Incidence
France métropolitaine 74 [63 ; 85] 49281 [41754 ; 56808]
En régions
Grand Est 82 [41 ; 123] 4653 [2323 ; 6983]
Nouvelle-Aquitaine 154 [93 ; 215] 9497 [5743 ; 13251]
Auvergne-Rhône-Alpes 39 [18 ; 60] 3173 [1458 ; 4888]
Bourgogne-Franche-Comté 30 [0 ; 64] 861 [0 ; 1847]
Bretagne 115 [59 ; 171] 3969 [2056 ; 5882]
Centre-Val de Loire 97 [0 ; 216] 2560 [0 ; 5700]
Corse 0 [0 ; 0] 0 [0 ; 0]
Ile-de-France 47 [29 ; 65] 5854 [3646 ; 8062]
Occitanie 67 [26 ; 108] 4041 [1585 ; 6497]
Hauts-de-France 90 [49 ; 131] 5458 [2952 ; 7964]
Normandie 58 [0 ; 117] 1981 [0 ; 3982]
Pays de la Loire 57 [9 ; 105] 2233 [361 ; 4105]
Provence-Alpes-Côte d'Azur 119 [47 ; 191] 6116 [2411 ; 9821]

Varicelle   Définition

  Activité faible

Les semaines précédentes            

En France métropolitaine, la semaine dernière (2022s48), le taux d’incidence des cas de varicelle vus en consultation de médecine générale a été estimé à 9 cas pour 100 000 habitants (IC 95% [5 ; 13]). Ce taux est stable par rapport à la semaine 2022s47 (données consolidées : 9 [5 ; 13]) et est à un faible niveau d’activité par rapport à ceux observés habituellement en cette période.

Au niveau régional, les taux d'incidence les plus élevés ont été observés en : Hauts-de-France (22 [0 ; 45]), Provence-Alpes-Côte d’Azur (14 [0 ; 34]) et Occitanie (12 [0 ; 24]).
  Taux d'incidence Incidence
France métropolitaine 9 [5 ; 13] 5910 [3269 ; 8551]
En régions
Grand Est 4 [0 ; 11] 229 [0 ; 623]
Nouvelle-Aquitaine 4 [0 ; 11] 248 [0 ; 699]
Auvergne-Rhône-Alpes 6 [0 ; 14] 469 [0 ; 1109]
Bourgogne-Franche-Comté 11 [0 ; 32] 326 [0 ; 930]
Bretagne 5 [0 ; 17] 180 [0 ; 588]
Centre-Val de Loire 9 [0 ; 26] 226 [0 ; 669]
Corse 11 [0 ; 32] 39 [0 ; 113]
Ile-de-France 5 [0 ; 13] 575 [0 ; 1549]
Occitanie 12 [0 ; 24] 739 [0 ; 1484]
Hauts-de-France 22 [0 ; 45] 1335 [0 ; 2718]
Normandie 0 [0 ; 0] 0 [0 ; 0]
Pays de la Loire 0 [0 ; 0] 0 [0 ; 0]
Provence-Alpes-Côte d'Azur 14 [0 ; 34] 713 [0 ; 1731]

Surveillance de la COVID-19 et de la grippe par le réseau Sentinelles

En mars 2020, suite à l’émergence du SARS-CoV-2 (COVID-19), la surveillance Sentinelles a évolué. La surveillance des « syndromes grippaux » (fièvre supérieure à 39°C, d’apparition brutale, accompagnée de myalgies et de signes respiratoires) a été remplacée par celle des « infections respiratoires aiguës » IRA (apparition brutale de fièvre ou sensation de fièvre et de signes respiratoires).

Cette surveillance réalisée en collaboration avec Santé publique France, le Centre National de Référence des infections respiratoires (Institut Pasteur et Hospices civils de Lyon) et l’Université de Corse, permet de suivre l'évolution de la pandémie de COVID-19 et des épidémies dues aux autres virus respiratoires (grippe, virus respiratoire syncytial, rhinovirus et métapneumovirus notamment). Elle s’appuie sur l’observation de patients présentant une IRA vus par un médecin généraliste ou un pédiatre.

Les données du réseau Sentinelles, en complément de celles d’autres partenaires, sont intégrées à la surveillance nationale globale coordonnée par Santé publique France. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter les bulletins hebdomadaires de la COVID-19 et de la grippe de Santé publique France.

Parallèlement, le réseau Sentinelles mène des études et travaux de recherche sur la COVID-19 présentées dans la rubrique « COVID-19 » de ce site.